Face à l’Opinion: André Corten sou Rapò Politik ak Ekonomik ant Ayiti ak Dominikani, 23 me 1995

SoundCloud Ultimate Error: Could not display your SoundCloud track - Error code (401).

SoundCloud Ultimate Error: Could not display your SoundCloud track - Error code (401).

 

Telechaje: Face à l’Opinion: André Corten sou Rapò Politik ak Ekonomik ant Ayiti ak Dominikani, 23 me 1995 (1)

Face à l’Opinion: André Corten sou Rapò Politik ak Ekonomik ant Ayiti ak Dominikani, 23 me 1995 (2)

 

DESKRIPSYON

André Corten, yon politològ bèlj nan Université du Québec à Montréal, pale ak Jean Dominique sou liv li ekri rele L’État faible: Haïti et la République Dominicaine. Koze a mete aksan sou devlopman klas politik an Ayiti, ak relasyon ekonomik ak komèsyal ant Ayiti ak Dominikani. Yon “leta fèb” pa vle di ke leta sa a pa otoritè ni represif. Yo pale sou evolisyon klas politik an Ayiti, ki komanse enkli moun pòv ak peyizan yo, ak teyolojizasyon politik anba Aristide. Entèvyou Jean Dominique.

“Face à une situation de carence qui existait déjà, dans mon expérience, même sous la dictature de François Duvalier et celle de Jean-Claude Duvalier, il y avait une carence, dans le discours politique, des pulsions politiques, dans le sens ou vous parlez de pulsion de la classe politique. Il y avait une carence. Et je peux vous dire que beaucoup de journalistes qui s’appelaient à l’époque indépendants, et dont j’étais, ont eu la tentation, la bonne tentation, de mettre le microphone un peu plus bas dans la société, et d’entendre ces gens-là, d’entendre ce qu’ils avaient à dire. À partir de cette expérience très riche pour moi — à partir de cette expérience — se rendre compte que quelque chose d’autre, un autre discours bourgeonnait, bouillait, et qu’il cherchait à s’exprimer. Il y a eu là une influence pour moi, capitale — moi comme journaliste et aussi comme militant politique — capitale. D’écouter ce que disaient les autres, et d’essayer, nous, pas de se conformer, mais de s’inspirer, et cela a inspiré. Mais réciproquement le fait que progressivement, petit à petit, ce discours-là arrivait à passer sur les ondes, il retournait et ce retour à sa source, ou à sa cible, permettait un approfondissement et un élargissement du discours, et cela s’est transformé lentement en une espèce de stratégie politique générale.” – Jean Dominique

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *